BeInCrypto a eu l’opportunité de s’entretenir avec Pascal Gauthier, PDG de Ledger, à l’occasion du Paris Blockchain Week Summit. Nous avons pu aborder le lancement du nouveau Ledger Nano X, le futur de Ledger et la santé de l’éco-système Blockchain en France.

Note de la rédaction : depuis l’interview, Pascal Gauthier a été nommé officiellement Président Directeur Général de Ledger.

For an English-language translation of this interview, please click here.

Pouvez-vous brièvement vous présenter à nos lecteurs ?

Je suis le Directeur Général de Ledger. J’ai commencé ma carrière dans la publicité en ligne, notamment en accompagnant Pierre Chapaz dans l’aventure Kelkoo, entreprise qui revendue ensuite à Yahoo. J’ai aussi travaillé pour Criteo, que j’ai contribué à déployer dans le monde en tant que COO, jusqu’à son entrée au Nasdaq. Je suis dans le monde de la crypto depuis 2014 ; cette année-là j’ai lancé Kaiko, un business spécialisé dans le market data, à la bloomberg mais côté crypto.

Mi 2017, partant du constat d’un manque d’information et surtout d’un manque de sécurité dans l’industrie crypto, j’ai rejoint Ledger, qui répond de mon point de vue le mieux à ces challenges pour les utilisateurs finaux.

Advertisement
Continue reading below

Vous avez du reporté le lancement de votre nouveau produit le Ledger Nano X, initialement prévu début avril. Que s’est-il passé ?

Nous avons eu un problème côté production, sur lequel nous avons communiqué de manière transparente avec nos clients. La livraison aura finalement lieu fin mai. L’attente sera récompensée puisque le Nano X apporte beaucoup d’améliorations par rapport au précédent modèle, le Nano S, en tête desquelles une connectivité bluetooth, et une technologie de type «carte à puce» améliorée, permettant de faire tourner plus d’apps en même temps.

Le Ledger Nano S a été un immense succès. Combien d’exemplaires ont été vendus au total, et pensez-vous pouvoir reproduire cette réussite avec le nouveau Nano X ?

Les ventes du Ledger Nano S constituent un exploit, avec 1,5 millions d’unités vendues. L’appareil a même caracolé dans les tops hardware d’Amazon aux USA. Difficile de dire si le Nano X rencontrera le même succès, tant il a profité d’un contexte extrêmement favorable, avec le bull run et l’engouement suscité à cette époque. Si le marché actuel perdure, il est probable que les ventes du Nano X n’égaleront pas celles du Nano S. Cela dit, en cas de nouveau bull run, les utilisateurs actuellement «en sommeil» reviendront vers nous. On le voit déjà à une plus petite échelle : lorsque le prix du Bitcoin remonte, nous constatons des pics d’utilisation de nos produits.

Beaucoup d’entreprises spécialisés crypto ont souffert du beark market en 2018. Ledger a annoncé s’être séparé de 10 % de ses effectifs en début d’année. Est-ce que le reste de 2019 s’annonce plus serein ? Comptez-vous vous diversifier pour mieux amortir la crise ?

Le secteur crypto a souffert et Ledger n’a pas fait exception à la règle.

Nous nous sommes diversifiés avec une offre B2B, Ledger Vault, qui propose aux investisseurs institutionnels la sécurisation de leur portefeuille crypto.

Mais côté B2C notre focus reste le hardware wallet, et l’amélioration continue de notre gamme.

Comment sélectionnez vous les cryptomonnaies que vous supportez sur vos appareils. Quelle est la prochaine ?

La proposition de Ledger c’est d’offrir à ses utilisateurs un véritable coffre-fort numérique. Aussi nos produits ont une vocation exhaustive en terme d’actifs compatibles. L’idée est bien de supporter l’ensemble des communautés.

Comment nous les sélectionnons ? Il y a deux cas de figure. Soit nos propres développeurs prennent en charge le nouveau support, ou bien nous proposons à la communauté de développeurs de la cryptomonnaie en question de s’en charger.

Quant à la prochaine cryptomonnaie supportée, je n’ai pas d’annonce à faire en la matière mais notre démarche est transparente et les développements peuvent être consultés en ligne.

Vous êtes l’un des rares acteurs phares du secteur blockchain en France. Est-ce que vous pensez que l’éco système est favorable en France pour l’émergence de futurs leaders dans cette industrie ? Le gouvernement actuel fait-il vraiment tout en œuvre pour faire de la France une Blockchain Nation ?

Le soutien du gouvernement, côté exécutif, est encore insuffisant. Vous savez je suis au conseil d’administration de trois entreprises françaises dans le secteur donc j’ai un bon historique et une excellente visibilité sur le soutien des pouvoirs publics pour les entreprises Blockchain.

Le bras armé de l’état en matière de financement de jeunes entreprises, c’est la BPI, la Banque Public d’Investissement. Elle seule peut injecter du capital public dans des entreprises tricolores à fort potentiel, et ainsi créer potentiellement de futurs champions technologiques. Mais, au moment d’injecter du capital risque dans des entreprises déjà en expansion, la sélection par la BPI se fait à tort et à travers, et en tout cas pas en faveur du secteur blockchain !

La BPI pourrait mettre 100 millions d’euros sur la table pour aider Ledger à se développer et à être plus agressif sur un marché aussi stratégique. C’est exactement ainsi que procèdent les autorités chinoises et russes, et ça marche.  En France, le gouvernement fait de beaux discours, mais les actes ne suivent pas franchement. Cédric O, le nouveau secrétaire d’état au numérique, prétend que la France veut se positionner en pionnier sur la blockchain. J’attends toujours qu’il me passe un coup de fil ! Je l’ai déjà interpellé, notamment sur Twitter, sans réponse de sa part. Aucun ministre, passé ou actuel, n’a cherché à entrer en contact avec nous.

Attention, il y a des représentants publics qui s’intéressent à Ledger, nous avons été invités par des députés à des commissions parlementaires, nous sommes en contact avec l’AMF, etc. En revanche, rien de concret pour l’instant du côté du gouvernement, qui prétend pourtant vouloir créer des «géants français de la Blockchain». Alors je pose la question : que propose le gouvernement pour aider Ledger ?!

Que pensez-vous de l’industrie blockchain en France et en Europe ? Le Ledger Nano X se vendra-t-il mieux que le Nano S ? Faites-nous part de vos commentaires ci-dessous !


Photos via Shutterstock .